Biogents – Science for Your Protection –

Des moustiques dans la maison

Deux espèces de moustiques sont particulièrement présentes dans l’environnement de l’homme en Europe centrale: le moustique commun (Culex pipiens) et Culiseta annulata. Ces deux espèces ont un mode de vie relativement semblable et vivent souvent ensemble. Le moustique commun ou domestique est marron avec des bandes beiges sur l’abdomen, il a les ailes grises et les pattes sombres.

Culiseta annulata est plus gros, son abdomen est gris-noir et strié de bandes claires, ses pattes sont également rayées blanc et noir. Ses ailes présentent des tâches foncées.

Les deux espèces pondent leurs œufs en petit paquet (en nacelle) de quelque millimètres de long à la surface de l’eau des réservoirs à eau de pluie, dans les arrosoirs ou seaux rempli d’eau, dans les égouts bouchés, fossés, mares ou flaque d’eau. Chaque “nacelle” compte jusqu’à 350 œufs.

De l’œuf, éclot une larve. Elle se suspend à la surface de l’eau grâce à un tube respiratoire situé à l’opposé de la tête et peut plonger en cas de danger. Chez toutes les espèces de moustiques, il y a 4 stades larvaires, la larve la plus grosse peut atteindre plus d’un centimètre de long. Les larves se nourrissent de matériel organique qu’elles filtrent par leur bouche.

Egg raft, larva and pupae of house mosquitoes. Composition of details from the illustrations 43 and 44 in Réaumur R.A. (1738) Mémoires pour servir à l'histoire des insectes. Volume 4. Paris.
Paquet d’œuf “en nacelle”, larve et nymphe du moustique commun. Regroupement de détails des représentations 43 et 44 de Réaumur R.A. (1738) Mémoires pour servir à l’histoire des insectes. Band 4. Paris.

Les deux espèces pondent leurs œufs en petit paquet (en nacelle) de quelque millimètres de long à la surface de l’eau des réservoirs à eau de pluie, dans les arrosoirs ou seaux rempli d’eau, dans les égouts bouchés, fossés, mares ou flaque d’eau. Chaque “nacelle” compte jusqu’à 350 œufs.

De l’œuf, éclot une larve. Elle se suspend à la surface de l’eau grâce à un tube respiratoire situé à l’opposé de la tête et peut plonger en cas de danger. Chez toutes les espèces de moustiques, il y a 4 stades larvaires, la larve la plus grosse peut atteindre plus d’un centimètre de long. Les larves se nourrissent de matériel organique qu’elles filtrent par leur bouche.

Les larves de moustiques domestiques peuvent vivre même dans des eaux très polluées. Selon la quantité de nutriments présents dans l’eau les moustiques deviendront plus ou moins gros. La température de l’eau joue également un rôle dans la vitesse de développementdes larves: Lors d’un été chaud, les larves peuvent effectuer le developpement en moins d’une semaine.

Après le quatrième stade larvaire, la larve se métamophose en nymphe. Celle-ci ressemble à un grosse virgule sombre avec deux tubes respiratoires à la surface de l’eau. La nymphe émergera selon la température en quelques jours.

Dès leur émergence, les adultes femelles sont attirées par le sang. Le repas de sang est nécessaire à la maturation desœufs avant la ponte. Après la ponte, la femelle se remet à recherche d’une nouvelle proie. La femelle peut  pondre plusieurs fois au cours de sa vie et garantie ainsi un grand nombre de descendants. (Pour couvrir leurs besoins energétiques, les moustiques mâles comme les femelles se nourissent de sucs et de nectars végétaux. Les mâles ne piquent pas.)

Les mâles des moustiques domestiques meurent à l’automne, pendant que les femelles se protègent du froid à l’intérieur des maisons où elles peuvent engendrer une forte gêne. En hiver, elles survivent dans des lieux frais et humides comme les caves par exemple. Il est possible que le cycle de vie ne s’interrompe pas dans des lieux plus chaud présentant de l’eau et suffisament de proies (usines, métro, …)

The house mosquitoes Culex pipiens and Culiseta annulata, Illustration by Ingeborg Schleip, Biogents